Manger autrement pour notre santé et pour l’environnement

 

 

Je voulais traiter ce sujet de « Manger autrement » car depuis notre arrêt de la viande, les aliments ont pris une toute autre signification.

Parce que les choses doivent être claires, nous n’avons pas pris la décision de ne plus manger de viandes pour être dans une tendance mais plus par conviction. Notre impact sur cette planète commence par notre mode de vie et notre alimentation. Pour comprendre un peu je vous ai mis cette vidéo qui vous aidera je l’espère.

http://dai.ly/x2k2clo

Nous sommes des « militants » pour la sauvegarde de notre « Mère la terre ». Il est donc important de comprendre les enjeux et d’essayer de faire notre part.

L’homme d’aujourd’hui mange trop de viande, c’est un fait. Et il faut aussi aller plus loin dans cette réflexion— Le monde animal n’est pas fait pour être gavé afin de finir dans notre assiette pour satisfaire des besoins inutiles et qui peuvent être modifiés.

Le circuit que constitue cette machine infernale est absolument démentiel. Rappel sur une définition: GAVER: Action de gaver, de faire manger abondamment de force. De quel droit et pourquoi fait-on cela?

La chasse intensive et la surpopulation entrainent la destruction des habitats naturels et la disparition de certaines espèces animales. Que se soit sur la terre ou sous la mer, l’homme, pour assouvir ses besoins excessifs, détruit. Il existe un conflit entre l’homme et l’animal qui est dû à son besoin de domination, de suprématie…

Exterminer une espèce animale pour un besoin primaire tel qu’un article de mode ou un remède « magique » et ce qu’il ne faudrait pas oublier, c’est que cela n’existerai pas sans une demande…

Avoir un sac de marque en peau de crocodile à 20 000 euros ou un bracelet en ivoire parce qu’il existe la prétention d’un besoin et que de ce fait on n’hésite pas à exterminer une espèce pour en assouvir l’envie: il y a de quoi se poser des questions sur notre fondamental non?

Certains me trouveront hypocrites car mon ancien métier était artisan en maroquinerie et j’avoue avoir travailler sur du cuir dit « précieux » car rare et cher, mais je répondrais que la fermeture de mon entreprise ne vient pas que d’une pseudo crise économique mais aussi d’une prise de conscience à part entière. Faire des bénéfices c’est normal, ce qui l’ai moins est sans aucun doute de ne payer que des taxes et ne vous rendre compte que vous êtes obligés d’augmenter votre marge si vous voulez « survivre ». Je ne parle pas de ces grosses entreprises qui se donnent tous les droits et qui ont en plus leur siège social à l’étranger pour ne pas payer dans leur pays résidant….

Bref, nous pourrions débattre sur des pages et des pages et je n’en est nulle envie.

Chacun de nous a un parcours différent et il est important d’en avoir conscience pour pouvoir se changer soi même avant de vouloir changer le monde!

Revenons sur le sujet de départ!!

Ce n’est pas manger de la viande qui me perturbe, bien que je ne supporte plus de voir un rayon boucherie, mais plutôt toutes les répercussions que cela engendre: les effets sur notre environnement, notre santé.

 

 

Dans son discours d’ouverture du FAO de Rome (Food & Agriculture Organization), l’actuelle directrice de cabinet du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Catherine Geslain-Lanéelle disait: « Il est généralement admis que notre climat est en train de changer et que le processus pourrait s’accélérer au cours du 21ème siècle. Le terme changement climatique ne signifie pas seulement «réchauffement climatique»; il est également probable que les événements climatiques extrêmes se multiplient à l’avenir. Nous pouvons raisonnablement envisager que ce changement climatique aura un impact non seulement sur la production agricole mais aussi sur la sécurité de l’approvisionnement et sur la sûreté des aliments destinés à la consommation humaine et animale. En conséquence, il se peut que la réduction de l’offre et la baisse de qualité des produits alimentaires et de l’eau aient un effet préjudiciable sur la nutrition. S’il est probable que l’ensemble de la chaîne alimentaire soit affectée, on prévoit l’apparition de problèmes spécifiques en ce qui concerne la santé des plantes, les risques biologiques, les contaminants alimentaires, la santé animale et l’utilisation des pesticides. » Pour l’article complet, voici le lien:       https://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/rome081014

 

Nous avons tendance à mettre des responsabilités ou des reproches sur la tête des « végétariens » « vegan » ou autres mais il est évident aujourd’hui que nous devons manger moins de viandes.

 

Production animale par région

La carte présente les niveaux de production régionaux et leurs profils. La production de viande exprimée en protéine a été calculée en utilisant des données sur les rendements d’abattage, la proportion de viande désossés et la teneur moyenne en protéine de la viande sans os. Par ailleurs, le lait de toutes les espèces a été converti en lait corrigé pour les matières grasses et les protéines. La production d’œufs est également exprimée en termes de protéines.

http://www.fao.org/gleam/results/fr/

 

Estimations mondiales des émissions par espèces. Ces estimations comprennent les émissions attribuées aux produits comestibles et à d’autres biens et services, tels que la force de traction, les cuirs et la laine. Les bovins de boucherie produisent la viande et des produits non-comestibles. Les vaches laitières produisent du lait et de la viande ainsi que des produits non-comestibles.

Source fan.org

Tous ces chiffres sont une réalité et fermer les yeux ne nous rendrait pas moins coupables.

Une partie très importante de nos terres agricoles est destinée à nourrir les animaux: il y a un réel problème de fond non?!

Comment peut on s’imaginer que manger une viande ayant subie un gavage non naturelle ou ayant été nourrie aux engrais n’aura pas d’incidence sur notre santé?

Croyez vous sincèrement que notre corps a la capacité d’éliminer ces toxiques « antibiotiques » par notre simple bonne volonté?

Le nombre de cancer augmente tous les ans: » La viande transformée serait en effet aussi nocive que la cigarette, l’amiante ou même l’arsenic selon l’Organisation mondiale de la santé ?(OMS) »

 

Nous parlons bien de viandes transformées pas d’adorables animaux gambadant et broutant dans une prairie et qui finira leurs jours paisiblement…

Nous ne sommes pas dans une publicité de Le Gaulois où des poulets en super forme dansent le French cancan.Ce numéro français de l’industrie de la volaille, commercialisent en réalité des poulets issus d’élevages intensifs en bâtiments fermés – le plus souvent aveugles – où les oiseaux ne disposent d’aucun perchoir, d’aucun nid, et d’aucun accès à l’extérieur.

http://dai.ly/x3jri1

Mais jusqu’où vont-ils nous crétiniser en faisant passer des messages par des publicités mensongères?

Je ne veux pas cautionner cette déshumanisation animale et encore moins l’abrutissement cérébral que nous subissons.

 

DEVENONS ECO-CONSOMMATEUR

  • Acheter des produits locaux et de saison
  • Refuser les produits d’origine animale dont la traçabilité n’est pas vérifiée
  • Privilégier le commerce équitable auprès d’agriculteurs certifiés
  • Réduisons nos déchets plastiques par les achats en vrac

Des alternatives existent depuis toujours et nous devons les utiliser.

Que vous soyez en appartement ou en maison, vous pouvez produire et cultiver votre jardin.

http://potagerdappartement.fr 

http://www.monjardinenpermaculture.fr

Manger plus de légumes et moins de viandes. Apprenez à cuisiner autrement, avec des épices et testez les légumineuses qui ont un très bon apport nutritionnel.  En effet, les légumineuses sont des aliments riches en protéine, en fibre et en minéraux.

https://vegan-pratique.fr/cuisine/cuisiner-les-legumineuses/

Varier notre alimentation ne fera pas de nous des êtres moins humains mais plus responsables.

Ce qui caractérise aujourd’hui notre société,c’est cette mondialisation d’une alimentation « rapide » venu des Etats-Unis et ceci malgré les alertes concernant l’obésité, les maladies cardio-vasculaires etc… Heureusement il existe des pays qui se battent pour leur tradition culinaire!

Mais face à ce géant serons nous capables de ne pas nous laisser déborder par une activité débordante et qui contamine insidieusement notre quotidien?

Nous ne savons plus comment nous nourrir…

La crainte de « manquer » ne doit pas nous mener à une alimentation excessive mais plutôt à tendre vers une diversité des aliments et des plats! Manger ne doit pas être une contrainte rapide mais un appel à la joie, d’être ensemble, de partager.

Consacrer du temps à la cuisine plutôt qu’à un envahissement médiatique: quel choix Cornélien!!

 

Bonne cuisine à tous et à bientôt!

 

 

 

Laisser un commentaire