« Le potager de mon grand-père »

Nous avons eu la chance d’avoir un cadeau absolument fantastique ( merci les amis!): le dvd « Le potager de mon grand-père ».

Réalisé par Martin Esposito, son grand-père et lui vous captivent pendant tout le reportage: un peu triste qu’il ne dure pas plus longtemps!

  

Ce film est un hymne à l’amour, un regard tourné vers un monde qui nous a échappé…

Les mots et le ton sont justes; il n’y a pas de fioriture, une conformité de la vie de son grand-père qui ne peut laisser indifférent. Son honnêteté est touchante et nous rappelle les fondamentaux de l’agriculture où l’on ne servait pas de produits en tout genre pour que cela pousse plus vite.

Martin Esposito nous entraine dans le quotidien de son grand-père avec humilité, authenticité et nous sommes entrainés avec lui dans son potager où il nous livre ses secrets et partage avec nous ses recettes, ses techniques et aussi son amour inconditionnel  pour sa femme disparue.

Son attachement et sa soif d’apprendre de son aïeul sont sans failles. Et nous avons été honorés ce si précieux héritage avec vous: merci infiniment.

Après « En quête de sens » ou « Demain », vous pouvez ajouter « Le potager de mon grand-père » à votre bibliothèque: un indispensable à voir et à revoir.

Nous sommes depuis 2 années dans la permaculture et ce film me rappelle que l’on ne naît plus paysan, on le devient.

Nous avons perdu toutes les bases de l’agriculture au profit d’un rendement intensif. Elle remplit nos assiettes avec des machines de plus en plus performantes, des insecticides qui détruisent la biodiversité des sols et des animaux qui y vivent pour satisfaire la trop grande consommation des hommes.

Remercions l’Union Européenne avec sa Politique Agricole Commune  qui repose principalement sur un système de soutien aux revenus des agriculteurs, auquel s’ajoutent des outils de gestion et des mesures en faveur du développement rural.

Sur le papier, nous pourrions nous dire que c’est bien sauf que cela ne profite qu’aux industries agro-alimentaires et non aux consommateurs ou aux producteurs à qui on demande du rendement  évidemment avec l’aide de Monsanto qui a le monopole dans ce domaine. Le coup de massue étant donné par les services sanitaires et environnementaux…

Petit à petit, l’agriculture a perdu ses repères et notre héritage a été balayé par des structures administratives impitoyables et l’industrialisation agricole a conduit à un désastre écologique. Le low cost envahi nos frigos et nos assiettes mais qu’en est-il de la qualité des produits? Je me souviens des légumes ou fruits qui ne tenaient à peine 2 jours et qu’il fallait jeter car sans fraicheur ni saveur.

Pierre Rabhi: “Il n’y a plus de paysans, uniquement des industriels de la terre”

Heureusement, un peu partout dans le monde, les consciences se réveillent et on voit de nouveau apparaitre des paysans, amoureux de la terre, du « manger mieux », du « manger bio », d’une agriculture respectueux de la nature. Retrouver notre patrimoine agricole sans pesticides sans produits chimiques de synthèse ni OGM et basons nous sur le calendrier lunaire et repenser à la permaculture qui allie le monde animal et végétal.Repensons notre façon de vivre, de consommer: Récupérez, restaurez, cuisinez les fruits et légumes du jardin, fabriquez votre fromage, pétrissez votre pain….

L’avenir est dans le pré: allez y!

A bientôt

Laisser un commentaire